Z@nimos

Z@nimos

Gaz de shiste ?

Le gaz de shiste ?

 

Comme son nom l’indique, c’est un gaz. Il se forme dans le sol au moment où certaines roches se décomposent sous terre. Curieusement, on dit de ce gaz qu’il est « de schiste » alors qu’il n’en est pas. C’est une erreur de traduction entre le français et l’anglais (« shale », en anglais), parce que la roche qui se décompose dans le sol est en fait de l’argile ! On devrait donc dire plutôt « gaz d’argile ». Pour trouver ce gaz, il faut creuser à des profondeurs allant de 1 à 3 kilomètres, sous nos pieds.

 

Le gaz de schiste, également appelé gaz de roche-mère ou gaz de shale (en anglais shale gas), est un gaz engendré par la décomposition d'argile riche en matières organiques, et extrait à partir de terrains marneux ou argileux[1]. Contrairement au gaz naturel, il est piégé dans les roches poreuses où il se forme, et il est donc nécessaire de fracturer ces roches pour pouvoir le récupérer. Une étude menée par Schlumberger en 2007 a répertorié 688 gisements de gaz de schiste dans 142 régions pétrolifères dans le monde[2],[3].

Il joue un rôle croissant dans le mix énergétique des États-Unis, depuis le début du XXIe siècle. Ce succès est sous-tendu par les fortes subventions accordées[réf. nécessaire], et par la législation locale, qui permet au propriétaire de mieux bénéficier des ressources géologiques qu'en France[note 1].

Le potentiel gazier des schistes intéresse aussi plusieurs gouvernements du Canada, d'Europe, d'Asie et d'Australie. Divers analystes s'attendent aussi à ce que le gaz de schiste puisse accroître considérablement les approvisionnements énergétiques mondiaux[4]. Selon une étude du Baker Institute of Public Policy de l'Université Rice, l'augmentation de la production de gaz de schiste aux États-Unis et au Canada pourrait contribuer à empêcher la Russie, le Qatar et l'Iran de dicter des prix plus élevés pour le gaz qu'ils exportent vers l'Europe[5].

Toutefois, les risques sismiques et les problèmes environnementaux constatés, et notamment la pollution de l'air et de l'eau, entraînent une forte défiance de l'opinion publique et de certains gouvernements vis-à-vis de cette ressource.

Du fait de ces intérêts antagonistes, le sujet fait l'objet de controverses via des blogs ou manifestations, ainsi que d'un lobbying de la part des différentes parties, tels que les sociétés industrielles ou les écologistes.



22/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres