Z@nimos

Z@nimos

La chèvre Lorraine

Zanimos la fermette en accueille deux ...

depuis le 30/07/2011

(un bouc: Flipper et sa femelle Florida)

 

 

une espèce à protéger

SUR LE POINT DE DISPARAîTRE

 

Etude sur l'élevage de la chèvre Lorraine

La charte de la chèvre Lorraine 

La chèvre Lorraine, sa Grande Histoire

La chèvres Lorraine aujourd'hui
La chèvre Lorraine

fichiers à télécharger

 

La définition d’une chèvre de Lorraine s’inspire forcément de
son modèle historique (cf
histoire de la
chèvre lorraine
) sans pour autant renier une évolution
orientée vers les besoins des éleveurs d’aujourd’hui.


 

Un tout premier standard a été validé lors de l’Assemblée Générale de l’association en 2008, qui se base sur deux piliers : un lien génétique avec le troupeau originel (c’est-à-dire au moins un des ancêtres) et un phénotype exprimant l’image de ces animaux (couleur herminée de préférence grise, poils non ras, pas de signes typiques des autres grandes races). Un classement en catégories A à D permet de nuancer le degré de l’expression de ce phénotype.

 

La taille des animaux est assez classique contrairement aux fausses informations publiées sur certains sites internet : la chèvre de Lorraine n’est pas un type de chèvre naine. Le travail des étudiants de l’ENSAIA a rapporté un poids moyen de 55,1 kg et une hauteur au garrot de 74 cm par animal.
Le standard fixe la hauteur au garrot à 65 cm au moins (à l’âge de 2 ans). Nous
ne disposons pas encore de mesures précises de valeur laitière mais un programme de contrôle laitier simplifié pour quelques troupeaux a été lancé par
l’association.

 

Du point de vue de la production laitière, il ne s’agit pas de viser la performance à tout prix, mais de garder un équilibre entre niveau de production et rusticité de la chèvre de Lorraine. Les éleveurs ayant pour objectif de maximiser la production auront intérêt à élever les grandes races ayant démontré leur supériorité dans des conditions intensives. Dans des conditions plus difficiles, la chèvre de Lorraine a une carte à jouer.
Cependant, c’est la vente des fromages qui constitue le revenu principal des éleveurs, ce qui impose ne pas négliger la valeur laitière – tout en restant sur des créneaux d’un élevage d’animaux qui savent « encaisser » des conditions plus rudes.

 

Notre premier cahier des charges reste modeste dans le but de maintenir l’effectif vital dans la population. Cependant, il nous obligera à resserrer et à étoffer ce standard dès que l’augmentation de l’effectif le permettra.

 

C’est un programme ambitieux pour une association toute jeune regroupée autour de l’objectif de faire vivre et connaître la chèvre de Lorraine. Au sein de l’association, l’engagement de chacun permet de compenser le déficit actuel de moyens. Et puis, il y a aussi les encouragements de l’extérieur comme le coup de pouce de FERME qui nous soutiennent dans cette démarche. Ainsi notre association peut inciter les éleveurs à s‘inscrire dans un programme d’éradication du fléau CAEV et soutenir les élevages qui s’engagent dans un contrôle laitier simplifié. L’aide de FERME a aussi permis des actions de communication comme la participation à des manifestations d’élevage et la production de cartes postales représentant sous leurs plus beaux atours les chèvres de Lorraine

 

chevredelorraine@gmail.com

http://www.chevredelorraine.fr/

association pour la sauvegarde de la chèvre Lorraine



27/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres